Le patient

Quel sera l'impact de cette réforme sur le patient ?

L'organisation actuelle des soins en santé mentale doit progressivement évoluer et faire place à un réseau de services alternatifs répartis sur un territoire délimité.
Ce réseau consistera en des collaborations entre structures et ressources. Il veillera à assurer un suivi efficace des patients, à garantir la continuité des soins et à renforcer l'offre et la qualité des soins.

La mise en place de ce réseau conduira à une intervention et une prévention plus précoces.

La création d'équipes mobiles dans le cadre du traitement à domicile contribuera à améliorer l'accès aux soins et à offrir des soins adaptés à domicile.

La réhabilitation psychosociale permettra aux patients d’accéder à la réinsertion sociale et professionnelle dans la société.
La fonction de référent hospitalier pour la continuité des soins (RHCS) constitue un avantage supplémentaire pour le patient en termes de sortie (anticipée ou en temps opportun), de filtres à l'admission et de suivi en phase post-aiguë. L'objectif est d'optimaliser les possibilités de retour au domicile et de réinsertion sociale. 
Un suivi des soins devra également être prévu afin d'éviter les réadmissions autant que possible. 

Le patient doit être considéré comme un partenaire et dès lors être partie prenante de la concertation.
 
 
Comment les patients et leurs familles seront-ils associés au développement et à l'évaluation des nouveaux projets ?

Les organisations de patients et de familles demeurent un partenaire majeur de la réforme préconisée des Soins en Santé Mentale.
Dans un premier temps, les organisations de patients et de famille avaient déjà pris part aux prémisses de la réforme actuellement proposée.

Dans la mesure où l'appel à projets 107 n'impose aucune limitation ni disposition quant à la nature des instances locales participantes (si ce n'est au moins 1 hôpital), il n'est pas exigé de reprendre une structure ou instance précise dans l'accord de collaboration, et il en va de même pour les représentants des familles et patients. 

En exécutant l'article 107, on vise à améliorer les soins de santé mentale par la réalisation de circuits et réseaux de soins. Dans cette optique, la contribution de toute structure ou instance - et certainement des représentants de familles et patients - est la bienvenue. Si l'on veut optimaliser l'offre de Soins en Santé Mentale au niveau régional en réalisant les 5 fonctions décrites pour répondre aux lacunes actuelles, la participation des patients et de leurs familles est souhaitée. 
Cette participation peut notamment se concrétiser de manière indirecte par la représentation des patients et des familles dans les plates-formes de concertation en santé mentale.
À l'échelon local aussi, les organisations de patients et de familles peuvent jouer un rôle au sein des réseaux.
La participation (ou l'intégration) des organisations de patients et de familles sera aussi un élément dont il sera tenu compte dans l'évaluation des projets proposés.